Chronique

MAXIMUS MMC & FAB, LE DUO GAGANT

MAXIMUS MMC & FAB, LE DUO GAGANT


Si le nom de Maximus MMC et le label qui s’y rattache nous sont plutôt communs, celui de FAB l’est un peu moins. Un projecteur est braqué sur l’Ep « Kinship », leur première collaboration.

Insaisissable, le duo Maximus MMC et FAB arrive à allier efficacité et innovation, dans une direction artistique rebondissant de surprises en surprises, les deux compères sont allés creuser dans un élitisme remarquablement bien séduisant. Le projet s’inscrit dans un trip hip-hop expérimental, nappé des racines du Moyen-Orient, sans jamais pêcher dans l’excès. C’est un grand mélange d’inspiration qui laisse place à une vraie démonstration de dextérité où les protagonistes se sont amusés à repousser les limites de la rencontre des genres.

Bluffés ? Oui, mais surtout agréablement intrigués par cette énigme sonore. Cet opus revête un caractère unique regorgeant de diverses influences. La formation drive une énergie novatrice pour équilibrer une voix en apnée de scaphandre sur un chant oriental futuriste d’un groove impeccable. C’est une vraie ouverture d’esprit qui façonne l’identité du projet; celle d’un mélange de tonalité plus  traditionnel avec des codes plus actuels. Le résultat est une étouffante orgie musicale. Chaque titre, chaque minute, chaque seconde apporte son lot de surprises et de frissons.

La pièce inévitable : la voix ensorceleuse de Randriantsalama Marine. En véritable sirène, elle nous émerveille, ô combien enivrants et en parfaite adéquation avec le reste de la composition. Légère et hypnotique, elle se promène en électron libre au gré des tracks. On retiendra particulièrement le morceau d’ouverture « Sorry », véritable agitateur pour les neurones.

« Kinship » est une véritable excursion en des terrains encore vierges sur le territoire de la production. Emporté par une audace électrisante, la petite perle de Flow-Fi s’inscrit comme l’un des meilleurs binômes en abordant un son atypique, doux, et ennivrant.


Thomas, le 6 Novembre 2015.


 

à lire aussi