Chronique

CHAPEL SOUND COMPILATION VOL. 1

CHAPEL SOUND COMPILATION VOL. 1


Histoire de marquer le coup et de planter définitivement leur empreinte dans le paysage, le label Chapel Sound sabre leur première compilation pour leur 3ème année d’anniversaire. Entité aux multiples facettes, le collectif de Vancouver composé de 19 membres très hétéroclites mélange habilement des gros producteurs (à la reconnaissance mondiale comme Ekali) avec des rookies au stade de développement. Ce premier rendez-vous sonne l’heure du rassemblement.

L’image de Chapel Sound est adroitement construite.  L’envie est de ne pas faire les choses en petit mais en plutôt en grand avec une compile au “C” majuscule avec un total de 24 morceaux lâchés d’un seul coup, voilà de quoi s’en mettre sous l’oreille. Un oeil sur la tracklist et on retrouve nos deux bons vieux grizzly Shaumic et Joseph l’Étranger, pour le reste c’est une surprise totale. Eli MuroKlimeJade Statues du label et Ekali est absent à l’appel, l’accent à été mis sur de nouvelles têtes, histoire peut-être de présenter de nouvelles signatures ou des simples coups de coeur musicaux. Quant au contenu, Chapel Sound ne cherche pas la cohérence entre les titres mais plutôt la fraîcheur de la bonne palette. Les inspirations sont tellement larges qu’il nous est difficile de toutes les étiqueter. Ainsi nous partons à la rencontre de plusieurs ambiances parfois très éloignées les unes des autres, avec des morceaux plus clubbing, du hiphop, des moments juste for chill jusqu’à du sax jazzy et bien plus encore : il n’y aucune place pour la routine. Bref vous l’aurez compris, une densité étonnement éclectique est au rendez-vous, il y en aura pour tout le monde. Il n’y a plus qu’à se laisser guider selon l’humeur du jour.

Après cette couche multi-genres, il est temps de rentrer un peu plus en profondeur dans la composition. Chaque track donne des tons et des sonorités atypiques rendant l’écoute de plus en plus intéressante. On se laissera facilement surprendre par l’originalité de certaines pistes. On appréciera alors le travail de recherche extrément poussé à prospecter pendant des heures et des heures pour nous sortir le bon producteur du chapeau. Sans hésitation, Chapel Sound a du flair et prend des risques avec la volonté de construire de nouveaux schémas.

Parmi le long tracklist, trois titres ont marqué toute notre attention :

Pour commencer, la 4ème du Volume I, “Juelz – Summer’s Eve Bebop” rythmé par le saxophone, le choix de cet instrument amène de la gaité et une originalité particulière à ce son. L’artiste a pris le risque de faire cette insertion assez surprenante.

Ensuite, la 8ème de la compilation, “Heroshe – Nightstep” où l’artiste canadien a mis en place une ambiance basée sur une certaine résonance. Les sonorités sont comme bouleversantes et nostalgiques, avec un brin de mystérieux pour envelopper le tout, ce qui fait le grand charme de cette track.

Et pour finir, la 9ème du Volume “K-Rec – Jealous”, très envoûtante, on se laisse prendre au jeu “groovy jazzy”, le rythme est prenant et sans s’en rendre compte, notre tête de balance machinalement dans le rythme de cette musique.

La sortie d’une compilation est toujours considérée comme un grand pas d’affirmation pour un label, forgeant les inspirations et les couleurs de celui-ci. C’est un premier essai réussi, étoffant un peu plus l’image et traçant de façon nette les contours du collectif.


Thomas et Jessica, le 17 Septembre 2015.


à lire aussi