Chronique

DANS LA TEMPETE DE JUELZ

DANS LA TEMPETE DE JUELZ


Il y a une semaine, le label et collectif Flow-Fi a partagé un EP signé de l’artiste canadien Juelz qu’il a nommé « Winter ». C’est une playlist composée de quatre titres plutôt haute en couleurs.

Le bouton play enclenché, on commence doucement avec la première track qui porte le même nom que l’EP. Le morceau « Winter » berce avec délicatesse nos oreilles et nous emmène dans un univers polaire qui apporte aux auditeurs avec fraîcheur une dimension claire et pure. « Cake » donne ensuite le ton, elle est très rythmée et portée par les différentes variantes de voices et les beats qui l’animent, ouvrant aux deux dernières musiques qui composent l’album. En effet, on dirait que celle-ci prépare au futur changement d’univers. « Sabotage » est bâtie sur des sonorités plutôt sombres et change complètement le ton.

C’est comme un vent qui se lève sur un paysage enneigé silencieux, en faisant ombre sur le beau temps, c’est une toute autre approche en terme de perspective que l’artiste a créé qui se déploie face aux auditeurs. Portant bien son nom, « Sabotage » vient altérer à la quiétude du début et change totalement le déroulement de l’écoute que l’on aurait pu imaginer jouer sur la même lignée. On termine la lecture sur « Cocaine » qui est très accentuée par les voices qui prédominent. Tout se passe rapidement, le décor est très rythmé et la cadence est fugitive. La boucle de la lecture de l’album se fait donc sur des beats très présents et une allure plutôt mouvementée, histoire de laisser les auditeurs sur une note animée.

Aussi frais que l’hiver et parfois animé comme une tempête qui s’agite de plus en plus, cet EP de Juelz présente un beau panel de perspectives propres à l’artiste. Il ne vous reste plus qu’à en juger.


Jessica, le 18 Janvier 2016.


 

à lire aussi