Interview

JEAN-CHARLES, UN ACTIVISTE SANS LIMITE

JEAN-CHARLES, UN ACTIVISTE SANS LIMITE


Aujourd’hui chef d’orchestre d’Hotel Radio Paris, Jean-Charles est un activiste sans limite de la musique comme de son partage, qui forge peu à peu la diffusion de demain à partir d’un local de 15 m2 posté au pied de la butte Montmartre.


PlayMyKick : Faisons un bref retour en arrière, comment l’aventure Hotel Radio Paris a commencé ?

Jean-Charles : L’aventure a commencé en Juin 2015, je vivais à Barcelone, et j’ai décidé de rentrer à Paris pour monter HRP. J’ai trouvé un studio en Novembre, puis en Janvier 2016 on a lancé la radio.

Mon état d’esprit a pas beaucoup changé, ça a toujours été d’accueillir les jeunes et les moins jeunes tant que c’est des amoureux de la musique, je prends.

Pmk : Au tout début, quel a été ton état d’esprit ?

J-C : Mon état d’esprit a pas beaucoup changé, ça a toujours été d’accueillir les jeunes et les moins jeunes tant que c’est des amoureux de la musique, je prends. Au début c’était grave DIY, puis j’ai eu un assistant que j’ai toujours, Savinien, qui m’a aidé à professionnaliser le bail, moi je connaissais rien en technique. Aujourd’hui on avance grave, j’ai plein de talkshow, interview, j’en ai toujours voulus. J’aime bien comment c’est maintenant.

Pmk : Dans le concept, il n’y a pas de ligne éditoriale, comment s’organise la sélection du contenu ?

J-C : La sélection est simple, c’est soit des recommandations, soit des potes, soit des gens qui me démarchent via hotelradioparis@gmail.com. En gros je démarche personne, je l’ai fait trois fois, pour Doc Gyneco, Mall Grab et quelqu’un d’autre, ça a toujours été non, donc j’ai arrêté. Je préfère que les choses viennent à moi. C’est sûrement pour ça que Teki Latex est toujours pas venu par exemple, même si j’ai envie qu’il vienne je ferais pas la démarche de lui demander. Je préfère attendre que quelqu’un qui a un show l’invite.

Pmk : Il y doit y avoir pas mal de demandes de toute part ?

J-C : Franchement j’ai de tout, de partout c’est le kiff, le seul truc un peu dommage c’est qu’on fait que des lives sur HRP, donc les gens qui vivent à l’étranger sont niqués, faut venir à Paris pour passer sur HRP.

Pmk : Tu dois passer un temps fou à digger ?

J-C : Oui et non car comme j’ai pas de playlist sur HRP, j’ai pas à me galérer à digger les nouveaux trucs, même si je le fais de moi-même, j’ai pas à le faire pour la radio, je le faisais au début mais c’est trop compliqué à gérer. Mais en vrai je suis un peu dj carotte, quand je suis à la radio et que je kiffe le track que le mec passe, ba je lui pique ahahhaha ! Du coup comme j’ai grave d’émissions, ba j’ai tout le temps des nouveaux trucs ahahaha !

Pmk : Le fait de mixer sur scène, ça t’aide pour la sélection ?

J-C : Ba grave mais en vrai moi je kiffe plutôt les cocktails, ou jouer dans des shops…, parce que jouer à 2h c’est cool mais en vrai le turn-up ça me soûle un peu, enfin surtout dans le rap. Après quand je joue de la techno/électro, là je kiffe, jouer en peak time. Mais sinon oui ça aide de voir la réaction du public.

Pmk : Étant en contact journalier avec la musique, quel est ton regard sur l’évolution des genres et styles ?

J-C : Je trouve que la France c’est de la balle déjà, il se passe tellement de trucs, y a tellement de courant, qu’on s’ennuie jamais. Dans le monde en gros c’est pareil, aujourd’hui avec internet tu peux être au courant de ce que passent les dj à Baltimore ou à Capetown, du coup c’est cool ! Mais en vrai là, c’est afro et le rap latino qui sont partout. D’ailleurs écoutez Yandel, (s/o a Djslow).

 

 

Pmk : Avec le temps, comment vois-tu le devenir des radios plus classiques ?

J-C : Je sais pas trop, moi j’aimerais trop avoir une FM ahahahaha ! Mais je crois là que le CSA va me détester. Non en vrai je pense que les trucs d’infos ou ça parle genre radio France et compagnie ont de beaux jours devant eux alors que Sky et Générations sont à la limite d’être obsolètes. Merci à Booba et OKLM radio.

Pmk : Y a-t-il eu un héritage laissé par d’autres pionniers avant toi et qui t’ont influencé ?

J-C : Bien sûr, y a Jean-François Bizot, le mec qui a créé Nova en 1981, franchement ce qu’il a fait m’inspire tous les jours, et y a toutes les radio pirates UK de l’époque genre Rinse Fm. Depuis y a eu NTS et Know wave qui sont mes deux plus grosses influences, a Aaron Bondaroff.

Je suis en train de voir avec Redbull pour faire une tournée en France l’été prochain.

Pmk : L’Hôtel Radio Paris s’exporte aussi en province et dans d’autres pays comme Londres. C’est important d’aller à la rencontre de la scène locale ?

J-C : Londres c’est la maison, je suis en train de voir pour monter une résidence dans un club, Alibi, à Shoreditch. J’essaie de bouger le plus possible, Lyon, Montpellier, Biarritz, Bordeaux bientôt. Je suis en train de voir avec Redbull pour faire une tournée en France l’été prochain. Sinon je viens d’ouvrir une antenne à Barcelone, le 29 septembre : je vais essayer de faire la même chose qu’à Paris, la scène émerge tout juste-là, y a beaucoup de taf.

Pmk : Si tu devais donner des conseils à une personne qui voudrait monter ça web radio, ça serait lesquels ?

J-C : Je sais pas, accroche-toi, entoure-toi de tes potes et bonne chance.

ça a été une surprise pour beaucoup de gens, je veux dire la radio n’a que 18 mois c’est rien et boom j’ouvre à Barca

Pmk : Y aura-t-il d’autres surprises de la part d’Hotel Radio Paris pour cette année ?

J-C : Ouais bien sûr, déjà Barca ça a été une surprise pour beaucoup de gens, je veux dire la radio n’a que 18 mois c’est rien et boom j’ouvre à Barca ahahahah ! Non mais y a plein de trucs en stock mais je préfère pas trop en parler car à chaque fois que j’ai parlé d’un truc ça s’est pas fait ahahahha ! En vrai, je veux ouvrir un shop, genre disquaire, fanzine, merch… pour vendre ce que les gens qui viennent à la radio font, je cherche juste l’endroit parfait.


Thomas, le 9 Octobre.


à lire aussi