Interview

NOW FUTUR, LE DUO INCONTOURNABLE

NOW FUTUR, LE DUO INCONTOURNABLE


Véritable crate-diggers, le duo incontournable Sims et Mass sont deux passionnés de musique, toujours prêts à partager leurs nouvelles trouvailles. Discussion avec les deux tauliers de Now Futur.


PlayMyKick : Commençons très simplement. Quel est le point de départ de Now Futur ?

Now Futur : L’idée de base, c’était de faire découvrir au public les pépites qui sortent aujourd’hui au milieu du flot de morceaux médiocres qui inondent Internet et saturent les oreilles de tout le monde.

L’idée de base, c’était de faire découvrir au public les pépites

Pmk : Comment Mass et Sims se sont rencontrés ?

N F : Mass faisait beaucoup de photos, de concerts us, et moi beaucoup d’ouvertures, on respectait chacun le travail de l’autre et à force de se croiser l’idée de « bosser » ensemble s’est imposée d’elle-même.

Pmk : Comment est-ce que vous bossez ensemble ?

N F : On a pas de vrai process de travail, ça change tout le temps, tout dépend des idées qu’on a et qu’on veut mettre en place. On va pas procéder de la même manière pour un mix 100% audio, ou un set vidéo, ou du contenu web. Dans chaque projet, on se donne au maximum parce que c’est notre passion pour le son qui guide le truc.

Pmk : Y avait-il eu un déclic avec une envie d’explorer de nouvelles sonorités et / ou de nouveaux artistes ?

N F : On a fait 7 mix Now Futur 100% hip hop et on a eu envie de partager ce qu’on écoutait d’autre, ça s’est fait super naturellement.

Pmk : Parallèlement, le show Futuronostro voit le jour sur Rinse Fm, comment le concept a vu le jour ?

N F : En plus des mix, on se disait qu’on avait besoin d’une émission pour partager de façon plus spontanée et avec moins de boulot en amont, les morceaux qu’on trouvait chaud sur le moment… Manaré était en train de monter Rinse et nous a proposé un créneau qu’on a bien sûr accepté.

Pmk : Quelle était la ligne directrice derrière ce nouveau projet ?

N F : On avait une émission tous les 15 jours, donc vraiment du digging soundcloud sur des nouveaux artistes allant du hip-hop au future beat et aux prémices de la trap. C’était intense mais super intéressant, on a du coup rencontré plein d’artistes de la scène actuelle.

Pmk : La liste des invités est assez impressionnante avec pas mal de gros producteurs, quels ont été les moments les plus marquants ?

N F : C’était complètement libre donc chaque émission avait son aspérité, donc difficile à dire mais Phazz avait fait un très bon set, Guts nous avait gratifié de sa spontanéité qu’on lui connaît avec son chapeau mais aussi Qbert, Craze, Little Simz ramené en France pour la première fois, ou encore Da P, High Klassified et l’arrivée de Primat avec HNT qui deviendra un des membres les plus actifs sur la radio.

Pmk : La dernière émission remonte au 9/1/16, pourquoi l’aventure s’est-elle arrêtée ?

N F : Moment charnière à la fois pour Now Futur et pour Rinse, nous, on avait besoin de dégager du temps pour pouvoir sortir des projets carrés car une émission radio bien faite c’est très chronophage.

Pmk : Aviez-vous des influences particulières en termes de radio show ?

N F : Pas vraiment, car l’émission se façonnait tous les 2 semaines avec ce qu’on avait découvert sur SoundCloud sans limite, on passait vraiment tout ce qui nous plaisait.

Tout va encore plus vite, peut-être trop ?

Pmk : Quel regard portez-vous sur son évolution actuelle dans la musique ?

N F : Tout va encore plus vite, peut-être trop ?

Pmk : Est-ce qu’aujourd’hui le Dj peut être considéré comme une forme de média au même titre que les formats dits plus classiques ?

N F : Non, c’est pas le Dj le média, Dj ça peut être une façon originale d’exploiter un média, tout dépend si tu as des idées ou pas…, ou tu fais comme tout le monde, ou tu cherches un angle pour te différencier.

Pmk : On assiste actuellement à la multiplication des formats de diffusion, à quoi est dû ce phénomène selon vous ?

N F : Aujourd’hui, on a la chance de ne pas devoir se cantonner à ce qu’on nous sert à la radio ou à la télé, n’importe qui peut diffuser son contenu, c’est peut-être la vraie montée en puissance de l’indépendance. C’est à la fois une chance et un enfer car beaucoup de tri à faire… C’est la suite logique, il faut constamment s’adapter et c’est une bonne chose !

n’importe qui peut diffuser son contenu, c’est peut-être la vraie montée en puissance de l’indépendance.

Pmk : Dévoiler les samples des légendes Hip Hop à travers des mix, c’est plutôt judicieux. Concrètement, tu t’y prends comment ?

N F : Je cherche partout, sur Internet, dans ma collection de disques, je parle avec des potes, etc…

Pmk : As-tu eu des problèmes liés au droit d’auteur ?

N F : Des clashs avec des producteurs comme Primo, des rappeurs… pour finir par me faire clôturer mon compte Instagram après une série de samples sur le dernier album de Jay Z 4:44… La liberté d’expression sur Internet a de vraies limites avec un jugement assez aveugle…

Pmk : J’ai lu quelque part que Sims avait produit pour Mokless et Guizmo, est-ce qu’il y
aura d’autre prod’ dans le futur ?

N F : Je produis naturellement du son quand je suis pas en train de préparer des mix donc il y aura probablement d’autres collaborations.

Pmk : Y a-t-il eu d’autres placements de production, pour d’autres artistes ?

N F : Pas mal de prods pour Guizmo, pour J-Ro des Alkaholiks, Nekfeu & Alkapote et d’autres dont je ne me rappelle sûrement plus.

Pmk : Quel est votre futur maintenant ?

N F : Trop de projets, d’idées et si peu de temps… Mais on va continuer à développer les différentes facettes de notre label, et continuer avec la même envie et ce truc relou des gens jamais satisfaits.


 Thomas, le 4 Janvier 2018.


à lire aussi