Chronique

NUDE, 1000 ET UNE VOIX

NUDE, 1000 ET UNE VOIX


Déjà habitué de nos paragraphes, Nude revient de plus belle avec un nouvel EP intitulé «  Faces ».


Comme nous l’avons chroniqué sur son dernier EP « Naturalness », Nude retrouve ses atouts majeurs, ceux empreintés à une esthétique sobre où simplicité et pureté font bon ménage. Toujours aisément posé dans l’humilité, qui est une valeur si chère au compositeur, ce nouveau projet est placé sous le signe de la performance vocale avec un featuring sur chaque morceau.

Ici le précieux équilibre entre les chants et les prods trouve entièrement sa place, les deux se croisent se répondent par un jeu d’échange subtile qui mêle tonalités et grains de voix. C’est un entre-deux finement construit qui adopte une formation homogène avec éclat. Absence, flottement, étirement, coupure, raisonnement et discordances sont autant d’idées utilisées sur les cordes vocales pour créer l’osmose si recherchée. Comme une mise sous verre, elle confectionne une atmosphère sacrément plus vivante, et enfile ni plus ni moins les rôles de muses qui s’échappent sous forme d’écho pour résonner dans la tête de l’auditeur.

Côté collaboration, on ne change pas une équipe qui gagne avec encore une fois le Jeune Fauve à la manœuvre pour une prestation sans faute et d’une fragilité touchante d’un bout à l’autre. Vient ensuite JJ avec une touche féminine qui ramène un peu de clinquant sur son passage, puis enfin le coffre de Pierre Danaë pour un pur frisson solennel.

Incontestablement, «  Faces » porte la pâte d’un producteur qui maîtrise son sujet. Chill, soulful, canapé, émotion, amour sont les mots écris par Nude dans notre interview pour résumer au mieux sa musique et maintenant, on y rajoutera bien cristal.


Thomas, le 19 Février 2015.


 

à lire aussi