Interview

RETOUR SUR LE PARCOURS DE LEVPHONIC

RETOUR SUR LE PARCOURS DE LEVPHONIC


Proche de Black Marble, où il posera un morceau sur les Volumes deux et trois en compagnie de Stvy Rvre et ayant son propre crew Velvet Music Group, Levphonic nous fait part de son approche de la musique sous toutes ses formes.


PlayMyKick : Si tu devais te présenter en quelques lignes ?

Levphonic : Salut ! Mon nom est Levphonic et je suis un scorpion. J’aime les courtes promenades pour aller au bar et les promenades encore plus courtes jusqu’au magasin de disques. Je fais des sons et je suis assis devant un écran d’ordinateur la plupart de mes journées. Les boutons ont toujours été fascinants pour moi. J’aime apprendre davantage sur le monde à travers des voyages et rencontrer de nouvelles personnes merveilleuses. Saisir des sons naturels et visuels est quelque chose que je fais durant mon temps libre. La vie est très inspirante pour moi. Innovateur de « Cosmic Fusion ».

Pmk : Quel fut le premier morceau qui t’a marqué dans ta jeunesse ?

L : Il ya beaucoup de chansons qui ont marqué ma jeunesse parce que je me souviens que ma maison était toujours animée avec de la musique. Si je devais en choisir celui qui m’a le plus intrigué, je dirais une chanson des Commodores nommée Cebu. C’est un joyau instrumental de leur album  « Movin ‘On ».

À 90$ l’heure, cela séparait les gens qui étaient sérieux de ceux qui voulaient jouer comme ils faisaient de la musique.

Pmk : Quelle fut ta première expérience de production ?

L : Pour mon 16ème anniversaire ma mère m’a acheté un clavier Technics, qui est d’ailleurs toujours dans mon espace de création. Elle m’a toujours offert des instruments de musique, mais celui-ci a été le seul capable de me faire devenir qui je suis aujourd’hui. Je jouais tous les jours et j’ai commencé à créer des chansons. Les chansons étaient très simples au début, mais comme toute chose, si vous pratiquez assez, vous progresserez. En deux ans, j’ai rencontré des gens très cool qui étaient rappeurs et chanteurs et on a établi une équipe appelée « Groove Cypher ». Je voulais travailler très dur à mon travail à temps partiel à l’époque juste pour obtenir de l’argent pour le temps en studio, tout en produisant, l’écriture et les répétitions des chansons pour tout le monde de l’équipe. Nous allions dans des endroits qui avaient des machines « ADAT » et 2 bobines de bandes pouces. Ma première expérience en studio fut une leçon pure et professionnelle que vous avez à faire quand vous vous joignez à cette industrie de la musique. À 90$ l’heure, cela séparait les gens qui étaient sérieux de ceux qui voulaient jouer comme ils faisaient de la musique.

Pmk : Quelles sont tes inspirations du moment ?

L : Je suis inspiré par presque tout ce que je l’entends. Je dois parfois reculer face à d’autres personnes de la musique pendant des semaines ou même des mois quand je suis dans mon mode créatif. Je fais des rêves de sons presque chaque nuit depuis que je suis très jeune. Plus j’écoute la musique d’autres personnes, plus les sons de mes rêves s’encombrent. Donc, je collectionne une tonne de musique pendant ce temps et quand je sens mon flux créatif ralentir, je vais prendre un certain temps pour trouver l’inspiration. Ce sont les fois où je vais vraiment creuser dans tout. Je dois me référer à des artistes que j’écoute toujours comme BjorkFly LoBonoboLapaluxDJ ShadowRadioheadPortisheadAirThievery CorporationBentBoards of Canada, Sébastien Tellier et Boom Clap Bachelors pour n’en nommer que quelques-uns.

Pmk : Tu fais partie de “Velvet Music Group”, peux-tu nous en dire plus ?

L : Oui, je l’ai été avec « Velvet Music Group » depuis début 2010. Dj Unwind et moi sommes devenus une famille au cours de ces dernières années. Il est mon frère et pas seulement dans la musique, mais dans la vie. Nous avons créé un lieu qui nous est propre et pour sûr. J’aime la liberté de création que j’ai là-bas et je choisis de toujours revenir en arrière parce qu’il est facile de joindre une équipe gagnante, mais c’est beaucoup plus enrichissant et intéressant afin de créer votre propre en partant du bas. Nous avons beaucoup grandi et nous avons traversé tellement de choses, nous faisant devenir des professionnels au cours de ces 5 dernières années.

Nous avons appris à tout faire nous-mêmes. Nous sommes fiers d’être une entité organique et auto-suffisante.

Pmk : Quel est ton rôle à l’intérieur ?

L : Tout ce qui doit être fait, honnêtement. Nous portons donc plusieurs chapeaux à « Velvet » tout ce que vous voyez est créé au sein de la maison. Nous essayons de passer du temps à essayer d’amener les gens à faire des œuvres d’art ou de créer des vidéos, quelqu’en soit le scénario. Nous avons appris à tout faire nous-mêmes. Nous sommes fiers d’être une entité organique et auto-suffisante.

Pmk : Comment s’est présentée la rencontre avec Black Marble ?

L : Black Marble Collective a été lancé par une autre personne que j’ai considéré comme un frère. Stvy Rvre et moi-même vivons dans le même lieu, donc bien sûr des artistes se trouveront d’une façon ou d’une autre. Quand il m’a dit qu’il allait commencer Black Marble, j’étais content pour lui parce que je savais qu’il ne ferait que réussir et j’ai eu raison.

Pmk : Tu as été sur la compile Black Marble Volume 2 et 3 et à chaque fois en duo avec Stvy Rvre. Quels souvenirs vous gardez de ce travail ?

L : Stvy Rvre m’a demandé si je voulais faire partie des compilations et je lui ai dit oui bien sûr. Nous avons travaillé sur beaucoup de chansons dans le passé il n’a jamais eu de question sur ce que nous ferions. Faisons quelques pistes ensemble, allons à la fois sur la compilation et libèrons plus de place pour d’autres artistes pour qu’ils puissent être vus. Il a vraiment de grandes idées.

Quand j’ai entendu ” Anna Fruit’s – No One ” chanson pour le Vol 3 j’ai été terrassé.

Pmk : Entre le tracklist des deux Volumes, quels titres tu retiens le plus ?

L : Chaque musique qui va sur ces compilations sont de véritables grands airs, choisir ses favorites est difficile. Je creuse vraiment la piste FAB avec « Brazilia » et Esslu de la piste « Lights Dimmed » au volume 2. Quand j’ai entendu « Anna Fruit’s – No One » chanson pour le Vol 3 j’ai été terrassé. Elle a assuré et ce fut pareil pour Neuropunk et 6blocc bien sûr. Il y a beaucoup de bons à nommer mais j’ai des contacts avec la plupart des artistes sur les compilations et ils sont tous incroyables dans leur propres domaines. Voilà une toute autre entrevue.

Il y a une force derrière ce mouvement que vous ne pouvez pas voir encore, mais vous allez bientôt la voir.

 Pmk : Quel avis portes-tu sur ce label ?

L : Black Marble sera vu et entendu à une grande échelle dans ses prochaines versions, j’en suis sûr. Il y a une force derrière ce mouvement que vous ne pouvez pas voir encore, mais vous allez bientôt la voir. Le talent émergent qui est construit est remarquable pour chaque compilation. Stvy Rvre pourrait facilement mettre une compilation en ligne toutes les 2 semaines, mais le montant fou de travail qui va dans chacune en ce moment est une partie attirante. « Que vont-ils mettre sur la prochaine ? » Voilà ce qui maintient les gens intéressés. Beaucoup d’artistes sur les projets passés ont intensifié dans un autre avion de reconnaissance et dans le cadre du Black Marble . Tant et de la musique est en constante évolution, BMC va évoluer droit avec elle.

Pmk : À quand un premier EP ?

L : Mon prochain EP est en cours de travail, mais je veux obtenir quelques singles en solo avant, donc je dirais que l’année prochaine en printemps ou en été. J’ai un projet en cours de travail avec Dj Unwind nommé « Sunday Music  » . Il est assez intense parce que je suis retourné dans mon Chillout, mode Trip Hop et je peux dire que ça m’a vraiment manqué. Je suis en travail pour quelques nouvelles chansons pour  Black Marble et je travaille aussi sur certaines choses avec un producteur nommé Ann Arbour de Russie. Ce projet va être très intéressant à dire le moins. Mon premier EP est disponible sur Bandcamp, iTunes, Amazon, Spotify et à peu près tout autre lieu que vous pouvez penser. Il est intitulé « Everglow » et il est sorti en 2013. Je conseille à tous ceux qui veulent faire un voyage dans un paradis tropical et tomber amoureux d’aller y jeter un coup d’oeil.

Pmk : La scène française, ça te parle ?

L : Oui, quand je suis entré dans la scène Chillout Lounge quelques années avant, la plupart de ce j’écoutais était européen. Beaucoup de Lounge Française, House, Disco et Chill m’ont énormément influencé. Je suis devenu ami avec beaucoup de producteurs à partir de là dans le début des années 2000 comme un artiste de Paris nommé Iëlo. Il m’a donné un aperçu de l’intérieur du mouvement souterrain qui frappait durement France à l’époque. Je l’aime toujours cette ambiance et ce temps. Le lounge et vibe de la bonne musique avec des gens formidables me manquent.

Pmk : Si tu devais choisir une production qui t’a choqué ces dernières semaines ?

L : En fait, j’ai vraiment été intrigué par des spectacles récents et en particulier ceux avec des arrangements en live. J’avance dans ma propre production et je me rends compte que lorsque vous mélangez la musique en live et les électroniques vous obtenez un mélange tout à fait unique qui résiste au temps. Tout ce que je travaille avec DJ Unwind a une très grande quantité d’instru en live mélangés avec des éléments électroniques.

Bref, retour à la réponse.

Les arrangements qui m’ont le plus plu récemment sont « Kimbra – Come As You Are » de la chaîne Artist Journal sur YouTube. L’arrangement est à la perfection ! Il y a aussi des spectacles sur la chaîne YouTube de Aloe Blacc de ses sessions en direct avec Mihalj « Miki » Kekenj & Jaybo. Le tout est très bien, mais consultez « Loving You » et sa cover de « Bille Jean ».

Pmk : Le mot de la fin ?

L : Facile ! Courez après vos rêves dans la vie parce que celle-ci nous donne seulement une chance et personne d’autre ne peut le faire pour vous. Ne laissez jamais quelqu’un ou quelque chose autre que vous-même s’interposer sur votre chemin et peu importe si dur ou étrange que cela puisse être, il faut toujours rester original car vous pouvez être au meilleur de vous-mêmes. Cheers !


Thomas, le 16 Novembre 2015.


 

à lire aussi