Interview

SENPU

SENPU


De son excellent remix de Travis Scott en duo avec NxxxxxS, à sa collaboration avec de gros label, le parisien Senpu nous confie quelques petits secrets sur son dernier Ep « Instruments Of Nature ». Entretien avec un producteur à la composition aussi pointu que singulière, qui na pas finit de nous surprendre.


PlayMyKick : Quel a été ton premier contact avec la composition ?

Senpu : Tout a commencé quand j’ai voulu me lancer dans une carrière de chanteur. Je n’avais pas d’instrus sur lesquelles poser ma voix, alors je me suis dit pourquoi pas les faire moi-même. J’avais un Mac chez moi et j’ai trouvé un logiciel, Garage Band. J’ai commencé comme ça.

Pmk : Si tu devais recommander un morceau, pour quelqu’un qui t’écoute pour la première fois ?

S : Je conseillerai mes derniers sons, car ce sont ceux qui me correspondent le mieux et je pense m’améliorer au fur et à mesure. Mais si je devais en conseiller un en particulier, je dirais « Starship » ou « Can’t stop thinking of you ». 

Pmk : Peux-tu revenir sur l’histoire de ton dernier Ep « Instruments Of Nature » ?

S : À la base, ce n’était pas un Ep que je voulais faire, je voulais partir sur un album, car j’avais énormément de tracks de terminer, mais certaines était meilleures que d’autres avec un meilleur univers, donc je me suis dit que j’allais d’abord faire un petit Ep preview pour annoncer l’Ep sur lequel je travaille.

Pmk : Ces deux pistes sont un avant-goût de ton prochain Ep, a quoi ressemblera-t-il ?

S : Certaines track sont vraiment très différentes de ce que je fais d’habitude, j’ai essayé d’aller chercher d’autres sonorités que je n’utilisais pas d’habitude, j’ai essayé aussi de mélanger les genres de musique car j’aime beaucoup faire ça et bien-sûr utiliser des sons de l’environnement qui m’entoure ou des sons que j’enregistre dans ma nature quand je voyage. Mais d’autres projets arrivent et cette fois si pas qu’en solo. Je prepare un EP avec Miyagi et vraiment, j’ai hâte qu’il sorte. Miyagi est vraiment un producteur fantastique et je trouve que nos deux styles se complètent vraiment. 

Pmk : Avant cela, il y eut « Multicolore » et « Natural Ep ». Quel souvenir en garde tu de ces deux projets ?

S : Multicolore n’est pas vraiment un EP, c’est plus une compile de sons que j’ai faits dans la même période 
et Natural EP quant à lui est le premier projet sur lequel je me suis a mis à fond, où j’ai vraiment travaillé dessus et essayé de lui donner une certaine identité pour qu’il soit unique, c’est vraiment un projet qui me tient à cœur. Je suis vraiment content que cet EP se soit concrétisé, il correspond vraiment à ma vision de la musique qui est un art que l’on doit écouter pour être transporté quelque part et nous faire voyager.

Je suis vraiment content que cet EP se soit concrétisé, il correspond vraiment à ma vision de la musique qui est un art que l’on doit écouter pour être transporté quelque part et nous faire voyager.

Pmk : Si l’on devait tout écouter d’une traite, est-ce que « Instrument Of Nature » est le trait d’union entre ton avant-dernier et ton future Ep ?

S : Oui c’est ça, c’est vraiment une sorte de film en plusieurs épisodes et « Instrument of nature » est celui qui lie les deux projets. 

Pmk : Les trois projets sont dans la même vibe, mais ne se ressemble pas. Comment fait tu pour donner un nouveau souffle à t’es productions ?

S : J’essaye vraiment d’oublier ce que j’ai fait avant quand je commence une instru, pour faire quelque chose de nouveau. J’aime énormément de styles de musique donc j’essaye d’aller piocher dans un peu tous les styles de musique pour faire une instru.

Pmk : Actuellement, tu sors ton Ep chez Gold Prospector Records, comment les choses ce sont elles décantées ?

S : Mon EP instruments of nature était prêt et je me souvenais que Gold prospector m’avait proposé de leur envoyer un son donc je me suis dit pourquoi pas leur proposer l’EP et ils ont kiffé

Pmk : Tu as aussi collaboré avec des noms bien établis comme Dark Than Wax, SoulEtiquetteOnly Good VibesLaruche Records, Mellow Orange. Or mis Laruche Records, pourquoi ne pas avoir été plus loin avec ces labels ?

S : Malheureusement à chaque fois que je leur propose des sons, je n’avais que des singles à disposition, je n’avais pas de quoi proposer des projets bien finis. Mais je suis vraiment content d’avoir  sortir ces sons avec eux, ils m’ont tous beaucoup aidé et encouragé à continuer. 

Pmk : J’ai cru comprendre que tu avais une formation classic. De quelle façon, cela influence ta manière de produire ? 

S : Cela m’aide énormément, car déjà je connais les bases de la musique et cela me permet d’aller plus vite et de ne pas bloquer sur certaines choses. Tout ce que j’ai appris dans ma formation classique j’essaye de l’incorporer dans mes prods pour apporter d’autres sonorités et les rendres uniques.

Pmk : En tant que compositeur venant du classic, que pense-tu du sampling ?

S : C’est vraiment une autre approche de la musique, c’est quelque chose que je ne connaissais pas avant quand j’ai commencé la MAO, c’est mon pote Reazbo qui ma apprit cette technique. Maintenant j’utilise pas mal de sample dans mes sons surtout des voix. 

Pmk : Le point de rencontre entre le coté instrumental et la future bassc’est peu ce qui définit ton identité sonore ?

S : Ouais, on peut dire ca. Après j’essaye vraiment de toucher à tout les styles de sons.

j’essaye vraiment de « m’évader » quand je fais de la musique.

Pmk : Cela dit, l’ensemble est très influencé par le côté nature, comme une sorte de « landscape musicale » ?

S : Exact, j’essaye vraiment de « m’évader » quand je fais de la musique. 

Pmk : On a aussi l’impression que tu mets un point d’honneur à faire des tracks à la fois très pointu et super original ? 

S : J’adore mettre plein de matières à mes sons et aller vraiment dans le détail, je pense que c’est ça aussi qui apporte une certaine originalité.

Pmk : Le remix de Travis Scott avec NxxxxxS a déjà dépassé les 50K de air play. Est-ce que tu peux revenir sur la construction du morceau ?

S : Comme d’habitude avec NxxxxxS, c’est très rapide ! Sur ce son on trouvait que l’originale n’était pas assez « violente » on voulait la rajouter à notre set pour la passer en soirée mais elle bougeait pas assez donc on s’est dit pourquoi pas la remixer et la rendre plus lourde ! 

Pmk : NxxxxxS et dans un univers totalement différent, comme vous avez réussi à trouver l’équilibre entre les deux ?

S : J’aime beaucoup ce que fait Nxxxxxs et lui aime bien ce que je fais. Je pense que c’est pour ça qu’on arrive a créer des choses ensemble, on a la même vision de l’art, de la musique depuis qu’on se connaît. Ça fait maintenant quatre ans et chacun apprend de l’autre. On a beaucoup progressé tous les deux. Il m’a beaucoup aidé et je lui dois énormément.


Thomas, le 25 Janvier 2017.


à lire aussi