Interview

STVY RVRE, FONDATEUR DE BLACK MARBLE

STVY RVRE, FONDATEUR DE BLACK MARBLE


Le temps d’une interview, on vient jouer la prolongation avec l’homme de l’ombre de Black Marble Collective : Stvy Rvre. C’est l’occasion de revenir un peu plus en profondeur sur la dernière compile du label, mais aussi de revenir sur ses multiples inspirations et influences.


PlayMyKick : Est-ce que tu peux te présenter un peu et rappeler ton rôle dans le projet Black Marble collective ?

Stvy Rvre : Je suis Stvy Rvre, le fondateur et propriétaire de Black Marble Collective. Je produis beaucoup musique inspirée de Jersey club et Future Beats. J’ai commencé Black Marble afin de pousser plus loin le son actuel de Culture Beat et de Bass Music. J’ai commencé avec un petit comité de musiciens très talentueux. Ce sont tous des bons amis et nous avions besoin d’une plate-forme pour mettre quelques sons avant-gardistes. Nous ne sommes pas un groupe vieux et habituel de producteurs EDM. Nous sommes influencés par plusieurs styles et sons du monde entier. C’était juste une progression naturelle à organiser pour faire des compilations qui tuent !

Nous avons le pouvoir du nombre, surtout quand vous avez une production de qualité comme nous avons.

Pmk : Comment est née l’idée de faire le collectif ?

S : Dans le passé, Stvy Rvre a fait partie de nombreux projets sous différents pseudonymes. Il était temps de réunir les meilleurs producteurs et amis pour les aider à obtenir leur propre exposition et, ensemble, nous avons été en mesure de le faire. Nous avons le pouvoir du nombre, surtout quand vous avez une production de qualité comme nous avons. Nous avons reçu une excellente réponse de partout dans le monde ! Des stations de radio comme BBC Radio 1 à Future Beats. Même certains blogs à l’international comme Walmer Convenience (Canada) | FUTURE TRAX JAPAN | Stoney Roads (Australie) | Cassette Blog Mexico | Nerdy Frames (Nouvelle Zélande).

Pmk : Outre le rôle de fondateur, quel aspect joue “Stvyrvre” dans la vie du collectif ?

S : J’entre en contact ou tend la main pour voir si un producteur serait capable de rejoindre le collectif ou de mettre un de ses morceaux sur la prochaine compilation. Je passe par chaque piste, elle-même soumise à la convention du collectif et décide si elles correspondent aux compilations et si elles créent l’ambiance dans l’ensemble. Parfois, la partie la plus difficile est de dire à des producteurs que leur présentation ne correspond pas à la compilation, mais nous poussons toujours nos artistes pour le meilleur. Je guide et aide les producteurs à passer à travers les blocages mentaux et je suis aussi là comme un ami. L’élaboration de stratégies pour l’avenir des producteurs est également de la partie. Être un producteur n’est pas un jeu. J’ai un aperçu de ce qui est à venir dans la vie d’un producteur. Je suis dans le game depuis 16 ans et je sent la nécessité d’aider les grands producteurs qui ont besoin de ce petit coup de pouce supplémentaire.

Je guide et aide les producteurs à passer à travers les blocages mentaux et je suis aussi là comme un ami.

Pmk : Un mot sur le volume 3, comment ça s’est présenté ?

S :  Avec Black Marble Collective, aucun genre n’est hors limites. Nous essayons d’inclure tous les styles de Beat Culture et de Bass Music. Nous fournissons à nos fans et aux auditeurs une production de la plus haute qualité en lien avec des idées très avant-gardistes. Le but est de briser la tendance de base ennuyeuse des sons que vous entendez à la radio pop. Nous pensons que tellement plus doit être exposé, afin d’ouvrir une nouvelle voie de bonne musique.

Pmk : Il y a beaucoup de producteurs chez Black Marble, plus ou moins connus, comment vous arrivez à gérer la direction artistique avec tout ce beau monde ?

S : Pour la plupart, nous voulons qu’ils soient libres de produire ce qu’ils souhaitent. Nous sommes ouverts à tous les sons que nous recevons et à chaque présentation. Nous essayons d’être très ouverts à ce qu’ils souhaitent faire.

Si vous enfermez un bel oiseau qui chante, cela peut affecter la manière dont le bel oiseau va chanter,

S : Si vous enfermez un bel oiseau qui chante, cela peut affecter la manière dont le bel oiseau va chanter, mais si vous aimez un oiseau dans la nature, le nourrir, le laisser grandir et être libre, il va rester autour de son propre gré et donner le meilleur de ses mélodies. De plus, cela ne sera pas un amour forcé. L’amour doit se développer organiquement. Il n’y a pas besoin de compliquer les choses.

Pmk : Vous avez aussi convié des invités sur la compile. Comment avez-vous choisi les invités ?

S : Je creuse beaucoup dans la musique, et nous avons près de 100 soumissions par compilation. La plupart des Guests que nous avons sur les albums sont considérés comme faisant partie intégrante de l’équipage. Juste que tout dépend à quel point l’artiste prend cela et si ça forme un bon ajustement pour l’artiste et le collectif dans son ensemble. Nous sommes toujours en croissance et en expansion.

Pmk : Quels sont les critères du collectif en terme de musicalité ?

S : Un artiste qui contribue à Black Marble ou qui fait partie son équipage doit avoir une production propre et croustillante. De préférence avec une expérience dans le DJing et une connaissance en profondeur des événements courants et à venir dans la musique, ce qui est un énorme point en plus. Il doit y avoir des normes et de la cohérence dans leur production. Nous sommes assez particuliers au sujet de ces choses. Cela apporte de bonnes habitudes de travail pour nous et ça permet de fournir une partie de la meilleure musique.

Pmk : La compile est sortie depuis une semaine et quelques jours, quels en sont les retours jusqu’à présent ?

S : Pour nous, c’est seulement combien nos fans et auditeurs apprécient la musique que nous leur offrons et nous le voyons dans la réponse à nos spectacles et nos commentaires en ligne. Nous avons eu plus de 40 avis sur notre musique allant des revues musicales aux blogs, dans le monde entier. Pour nous, cela signifie beaucoup plus.

Depuis la sortie de Black Marble Collective sur SoundCloud, nous avons reçu plusieurs messages dans notre boîte de réception Soundcloud de « DJ’s et followers » qui demandent si nous avons besoin d’un coup de pouce dans les lectures pour de l’argent… Vraiment ?! Nous ne comprenons pas. Si de fausses lectures sont mises en place comme ça, c’est du n’importe quoi, ce n’est pas comme ça qu’une personne va avoir une véritable base d’auditeurs. Je préfère y garder organique. Avoir de vraies personnes qui se présentent à nos spectacles. Je ne fais pas confiance aux lectures de quelqu’un mais au notre. Allez-y avec vos 120 followers et 250.000 lectures et deux commentaires sur votre piste… Vous ne trompez personne … Nous ne sommes tout simplement pas de la partie de ce gâchis.

Pmk : Quel est votre regard sur les producteurs français ?

S : Nous avons toujours respecté les producteurs français et combien ils ont changé la musique au fil des ans. De Daft PunkSébastien Tellier à la famille Ed BangerBreakbot, DJ Mehdi, Busy P à Marble RecordsPara-One et Canblaster. Chacun d’entre eux sont tenus en haute estime. Un par un, ils ont changé les paysages vastes de la musique en poussant les limites sans même avoir peur de produire ce qui vient d’eux. Même si cela allait à l’encontre de quelque chose. Nous croyons en ces méthodes. Si la musique est bonne, les gens vont venir. Parfois, vous devez ouvrir votre propre chemin, de telle sorte à ce que beaucoup puissent y entrer.

Il est en quelque sorte un “Flume” français, mais en plus novateur.

Pmk : Avec quels français aimeriez-vous travailler et pourquoi ces choix ?

S : Notre producteur préféré sur le collectif et est de la France est l’artiste Fab ! Nous avons toujours apprécié ses productions. Il est en quelque sorte un “Flume” français, mais est plus novateur. Nous avons hâte d’en voir plus de lui.

Nous aimerions aussi que Pehoz et Dnszlsk soient dans l’équipe. Tous les deux ont des paysages sonores et font des compositions étonnantes. Ces gars-là travaillent non-stop, toujours à nous frapper avec des sons merveilleux avec des rythmes étonnants. Il est très sympa de voir la musique basse et les beats prospérer en France.

Pmk : L’aspect management du collectif est compliqué à gérer ?

S : Pas vraiment, seulement le fait d’organiser les spectacles peut être stressant pour nous, mais nous aimons visiter de nouveaux endroits. Nous ne gérons pas exclusivement. Seulement quelques-uns. Nous aimons garder les choses assez ouvertes.

Pmk : Quelles sont les prochaines sorties du collectif ?

S : Notre compilation Volume 4 devrait sortir avant la fin de l’année. Nous sommes également impatients de sortir quelques singles et EP.

Pmk : Personnellement, comment fais-tu pour te tenir au courant de ce qui sort ?

S : C’est le fait de creuser à travers les sons sur Bandcamp et Soundcloud. Nous sommes toujours à l’écoute. Parfois, nous rencontrons aussi des gens dans des spectacles qui nous envoient des sons. Nous travaillons également sur les références de nos producteurs. La plupart du temps, nous gardons notre oreille sur le sol… souterrain.

Pmk : Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?

S : Actuellement, nous sommes en battage médiatique sur le nouvel EP Glacci et les singles incroyables que l’artiste français Fab publie. Levphonic et Stvy Rvre vont publier des EPs avant la fin de l’année et de ce que nous avons entendu, les sons sont étonnants ! On a hâte ! Anna Fruit nous a vraiment étonné par ses nouvelles œuvres. Nous avons écouté beaucoup de chansons de la fam Juke Bounce Werk ici à Los Angeles et ils nous ont amenés sur Teklife. La scène Footwork commence à émerger !

Nous sommes vraiment dans ce qu’aime le label L.A comme SymbolsTeam SupremeBody HighSoulection et Shifty Rhythms. Nous essayons tous de soutenir l’autre pour mettre le son en avant. Bien sûr, nous aimons la fam Hebinomichi et Moving Castle. Ils ont toujours de la bonne musique. Aidant nos sets de DJ à être solides. En ligne, nous avons été à l’écoute de Jamz Supernova sur BBC Radio 1Radio Future BouncePlastician et Lucky Me sur Rinse FM et Radio Future Beats avec DJ Complexion. Beaucoup d’entre eux nous ont soutenu dans le passé. Nous aimons leur perspicacité sur la musique courante et à venir. Ils savent ce qui est bon dans l’actuel et à venir ! Toujours en jouant des morceaux inédits exclusifs.

Pmk : Le mot de la fin ?

S : Merci à TOUS pour le soutien, pour l’écoute et pour le téléchargement de nos albums. Cela signifie vraiment le monde pour nous. Soyez sûrs d’être tenus au courant à propos de nos artistes jouant dans le monde entier.

Black Marble fera bientôt une autre tournée. Restez à l’écoute et nous vous tiendrons au courant ! Si vous aimez ce que nous faisons, n’ayez pas peur de partager. Nous continuerons de vous apporter les meilleurs morceaux de haute qualité avant-gardistes ! En vous donnant la bande originale de votre vie.

Cheers !


Thomas et Jessica, le 4 Septembre 2015.


 

à lire aussi