Chronique

TA-RA, LE PLUS GRAND MYSTERE DU RNB

TA-RA, LE PLUS GRAND MYSTERE DU RNB


Ça faisait une bonne décennie que Ta-Ra n’avait pas sorti d’album en toute pièce. Malgré quelques bonnes apparitions très remarquées, il y avait tout de même un petit creux à combler, un vrai projet charnière mettant en relief le talent dûment charbonné. Après « Tuaregshawty », le plus grand mystère du Rnb français, dévoile les ingrédients de son voyage temporel tamponné « SunrayZ ».

Nettement plus posé et inspiré que son prédécesseur, il s’agit d’une plongée spatiale, bercée par des synthés futuristes à bord d’un satellite mis en orbite à la recherche de la planète could Rnb, lentement addictif plein de légèreté, remplie de riches idées et de traps stratosphériques. La prophétie est signée d’une douce voix, déposée sur un tapis de roses et de ronces, capable de nous tenir invariablement en haleine. Cette atmosphère sobre, sensuelle et profondément moderne colle tout à fait à l’esthétique assez glitch, surchargée par l’urbanisme et un brin glaciale propre aux mangas, souvent mise en avant dans ses clips. L’ensemble est cohérent et témoigne d’une volonté de postérité, Ta-Ra fait figure d’exception dans le paysage et compte bien le rester.

Un retour largement marqué de signes extérieurs de qualité tant au niveau visuel que musical, pour preuve ce hors-d’œuvre est appuyé par quatre producteurs différents et pas des moindres : le poids lourd Myth Syzer a été appelé à la rescousse, ainsi que l’impérial NxxxxxS, et le londonien Fwdslxsh, sans oublier Lilninety qui réalise sans aucun doute le hold-up musical du siècle en signant le sigle de Kawasaki Ninja. Un casting judicieux garant de son identité sonore, elle a ainsi toute la latitude pour tirer son épingle du jeu avec une nonchalance contagieuse derrière le micro, car au-delà d’un beau package extérieur, ce nouvel opus commence là ou d’autres projets se sont arrêtés. Jonglant sans cesse entre les couplets chantés et rappés, elle parvient au travers de sonorités planantes à nous faire voyager dans un univers semblable à une poésie orchestrée par un Stanley Kubrick, pour une seconde virée de l’Odyssée de l’espace ; complexe mais envoûtant. Une fusion d’influences aussi étrange que fascinant, secondée par plusieurs boucles enchanteresses au tournant de quelques escapes exotiques, donnant une saveur onirique à ces balades pleines de mélodies, difficile alors de ne pas tomber sous le charme. Loin d’être une machine à tubes fades, c’est plutôt un assortiment de goûts et de couleurs fait pour flatter l’oreille. En replaçant toutes les pièces du puzzle, elle recompose un ensemble musical abouti, véhiculant une émotion intense et variée.

Souvent sous médiatisé par les papiers du net hexagonal, pour ne pas dire passer sous silence, son R&B smooth a pourtant déjà conquis pas mal de shows radio tels que OVO Sound et Soulection, sans oublier sa présence dans les colonnes de The Fader, le tout sans label ni promo : chapeau bas l’artiste ! Fière représentante d’un nouveau genre en pleine expansion, Ta-Ra, signe un bel essai atypique et débordant d’énergie. À découvrir.

 


Thomas, le 6 Décembre 2017.


à lire aussi