Chronique

TA-Ra, UN SECRET BIEN GARDE

TA-Ra, UN SECRET BIEN GARDE


Relativement discrète, l’OVNI le plus attendu de la scène française, revient aux affaires avec un clip où Yakkusa et histoires d’amour à dos de bécanes rythment le quotidien de Ta-Ra. Posée au cœur de la ville, la demoiselle narre les pages de son journal intime, accompagnée de ces bikers en pleine virée nocturne pour ensuite attendre son ​amant tatoué, suspendue à son téléphone​. Sortie il y a un an sur Soundcloud « Kawasaki Ninja » nous fait l’effet d’un bon saké, de sa voix angélique la jeune chanteuse ramène une couleur différente, entre déboire sentimental et sacrifices d’une relation compliquée, sur un fond de sensualité à la fois moderne et sophistiquée à la sauce nippone, le résultat final détonne. Le secret le mieux gardé de l’underground parisien suit le chemin ouvert part « Lil Bit » son précédent clip, en posant les bases de son style cloud Rnb où production et chant se marient à la perfection, dans un monde futuriste et glacial. Une alchimie qui donne toute sa saveur au morceau, l’adéquation entre flow, timbre de voix particulièrement bas et beat forment un triangle amoureux, qui résonne longtemps dans nos cervelles. Planant et hypnotisant, la jeune femme déclare sa flamme aux hommes de main qui roulent sur de grosses cylindrées, le Q assis sur l’asphalte, d’ailleurs le titre « Kawasaki Ninja » n’a rien d’anodin, c’est un clin d’œil à un modèle de deux roues. Dense, cohérent et un peu étrange avec la petite dose d’expérimentation le cocktail est parfait pour susciter l’attente et les interrogations, tout en atteignant la bonne posture idéale pour passer au stade supérieur, preuve en est le clip est relayé chez The Father, comme quoi la rareté est un oiseau précieux.

 

 

En dehors de ces passages éclairs, quelques grands noms gravitent autour du diamant brut avec des collaborations qu’on n’est pas prêt d’oublier que ce soit avec Myth Syzer, ou avec Nxxxxxs, la connexion a toujours réussi à marquer nos esprits. Outre ces démonstrations de puissance galvanisante, son talon d’achille reste le manque profond de projet : deux EP au compteur, ​Tuaregshawty et Liquidcrystal ​à se mettre sous la dent en trois ans c’est maigre. Mais​ ​la​ ​qualité​ ​résiste​ ​toujours​ ​à​ ​l’épreuve​ ​du​ ​temps.


Thomas, le 27 Septembre 2017.


à lire aussi