DOSSIER : NUMERALS EP


Du temps s’est écoulé depuis notre premier échange avec l’emblématique Win32, hormis quelques apparitions ici et là, l’homme s’est plutôt fait discret. Il s’était alors confié sur les inspirations de son label ses envies et ses rêves. Bien que le personnage s’accorde avec l’énigme, l’éminence grise a fait un sacré bout de chemin sur son label, avec pas moins de seize artistes au tableau de chasse et pas des moindres; trois chanteurs pour les ambiances sous vocalises, sans oublier trois designers. On peut ainsi compter parmi ces dans rangs plusieurs valeurs sûres telles que : Vassh2X2AAjgorFourlore et bien d’autres trésors cachés. Vous comprendrez alors aisément le but de cette chronique.

Si Numerals reste encore dans l’ombre d’une microsphère du net, il n’a pourtant rien à envier à ses concurrents et possède plus d’un tour dans son sac avec un jeu de cartes à faire pâlir ses adversaires. Taillé dans la veine du format net de label à mi-chemin entre collectif et plateforme de partage, une vraie nébuleuse a été construite. Win32 a réussi à mener à terme ses idées mais il a surtout su insuffler une vraie vision à long terme avec un univers très conceptuel où chaque producteur trouve ses marques. Le rooster est en place, il trace la route avec un premier EP savamment dosé.

Tout simplement intitulé « Numerals EP » histoire de poser le pied à l’étrier, ce premier projet bâtit les fondations du label, en abattant une sacrée carte de visite. Du côté de la playlist, on retrouve ainsi toute la clique plus des invités surprise, le tout étiré sur 21 titres. Au premier regard s’impose un premier constat : avec un crédit long comme le bras, ce premier volet sera massif, long et bien fourni. Ce long format dont le contenu semble répondre à la recherche d’une nouvelle esthétique de différentes nuances propose autre chose : un ailleurs. Un ailleurs qui vient de l’effervescence de la scène indépendante, bien décidée à tracer sa trajectoire et qui a comme fer de lance la multiplication des passerelles entre les genres. Résultat ? Un tissu de prods à la fois dense, hors normes et libérateur. La balade auditive prend forme dans une déambulation nocture, sombre et à la fois fragile, l’expérimentation est reine. Chaque piste amène sa pierre à l’édifice, les ambiances crépusculaires et étouffantes se succèdent dans une légèreté sans fin. Les inspirations de cet EP semblent être sans frontières en désamorçant les codes esthétiques du genre. La combinaison des talents des artistes annonce une ascension fulgurante en refusant clairement la facilité. Une vrai alchimie tourne repeat. Mais cette réussite ne serait rien sans le superviseur, Win32 chapeaute le projet d’une main de maître, du haut de sa tour d’ivoire il ficelle un tour de force, rarement vu. Bref, Numerals est doucement en train de creuser son trou dans le milieu.

Parmi cette longue tracklist haute en couleur, trois musiques se détachent du lot :

« Blurred – In My Mind », dépourvue de tout surplus musical, cette mélodie se développe de façon linéaire, et ce, tout en douceur. Le rythme apporté par le bruit de guitare qui résonne tout le long dessine une lenteur prenante agréable et apaisante à l’oreille, puis parfois au loin on parvient à entendre quelques chants d’oiseaux qui accompagnent la sobriété du son. L’ambiance est calme et tranquille, on peut même se sentir nostalgiques à quelques moments car les sonorités que l’on entend lors de l’écoute sont plutôt d’une tendance mélancolique.

« Rare – Maybe I’m Wrong (feat. Of Methodist) », on est toujours dans une ambiance douce et tranquille, une voix suave qui résonne prédomine le son et c’est une partie maître de la quiétude que le producteur a créé dans cette musique. Tout s’écoule délicatement et cela emmène les auditeurs au sein d’une autre dimension, ce pourrait même être un morceau sélectionné pour faire office de soundtrack pour la bande originale d’un film.

« Fourlore – Réflexions », très rythmée par le beat, tout s’enchaîne au fur et à mesure de l’écoute, un rythme simple plutôt ancien est d’abord présenté, puis le rythme s’intensifie, une voix ambiant s’ajoute à tout cela puis elle est complétée par d’autres voices pour la suite, dans le même temps les battements qu’on entend forment une pulsation particulière qui se déploie de plus en plus. Sur la même lignée que les deux autres morceaux, « Réflexions » est aussi d’une musicalité douce et lente qui amène aussi quelque chose de suave dans les sonorités.

Numerals a mis en valeur le talent de nombreux producteurs dans ce projet, rien qu’en écoutant la sélection des trois tracks, on devine ce qui attend ceux qui s’apprêtent à écouter. Les morceaux s’enchaînent de manière étonnante, tout est bien rangé et cela semble être placé dans un ordre stratégique. La suite ? Numerals devrait sans doute continuer à hanter la toile en faisant planer son ombre à plusieurs mètres d’altitude au dessus de la concurrence. C’est simplement la meilleure surprise de 2015.


Thomas, le 4 Janvier 2106


 

Win32


On a essayé de fisurer le mystère lors de notre chronique consacrée à son premier EP « Dirt Road ». Entre intrigue, coup de cœur et production, il nous livre ses réponses. Rencontre avec un curieux personnage.


PlayMyKick : Pour commencer, présente toi un peu ! Si tu devais résumer ton parcours en quelques mots ?

Win32 : Je suis un producteur de 20 ans de Gainesville en Virginie et je suis actuellement à l’Université avec une spécialisation en administration des affaires. La musique c’est ce que j’aime et ce que veux faire, mais c’est quelque chose qui ne marche pas toujours, donc je suis à l’université pour me préparer à une bonne vie future et obtenir un diplôme, de cette façon, je pourrai toujours avoir un support fiable sur lequel me reposer.

J’ai toujours eu une passion pour la musique depuis que je suis enfant. Je me souviens toujours du moment quand j’ai obtenu mon premier Walkman et que je mettais en boucle du Lionel Richie toute la nuit, cette chanson est merveilleuse lol. J’ai remarqué qu’à un très jeune âge, je me souciais plus des beats que des paroles dans une musique. J’écoutais des sons spécifiques que l’auditeur moyen de ne devrait même pas écouter; comme des percussions, des coups métalliques, des bruits de fond, des transitions / pauses, autre chose que les paroles. Je pensais que c’était étrange jusqu’à ce que je commence à produire et j’ai réalisé que c’était un cadeau.

Pmk : C’est peu banal comme surnom Win32. Pourquoi ce choix ?

W : Eh bien, j’ai l’habitude d’aller sur Soundcloud sous le nom RVMSXY, j’étais un tout autre producteur lol, recherchez sur Google, vous trouverez certainement mes vieux trucs. Je produisais pour Goth MoneyRaider Klan, village Klick et quelques autres groupes. Cela marchait bien avec tout ce qui suit, mais je savais que j’allais nulle part avec ça.

J’ai choisi le nom Win32 parce que je suis tombé malade de la musique que je faisais sur RVMSXY. Je voulais faire de la vaporwave sous le nom Win32 mais cela n’a pas fonctionné. Je n’avais pas une oreille pour la vaporwave comme je l’avais initialement pensé. Je rêve de changer le nom, mais je ne peux pas le faire. Le nom Win32 fait poser aux gens des questions jusqu’à même se dire  “What the fuck”, j’adore ça lol.

Pmk : Tu as également une deuxième entité musicale sous le nom Win64, à quoi cela correspond ?

W : Win64 est juste une page que je fais pour toute ma musique ancienne et rare, les gens peuvent ou non la rechercher. J’ai choisi le nom Win64 pour cela parce que j’ai déjà le nom Win32.

Mon style de production est tellement bizarre, je ne peux pas l’expliquer.

Pmk : Tu as un style de production plutôt atypique, à la fois sombre et mystique. D’où ça vient ?

W : Mon style de production est tellement bizarre, je ne peux pas l’expliquer. Je suis un enfant très sombre en général. J’aime la musique avec des paroles sombres et des beats. J’ai l’habitude de beaucoup écouter Lil B et SpaceghostpurrpRaider Klan, tout ça a changé ma vie et la façon dont je fais ma musique. J’ai écouté beaucoup de rap, phonk et du rnb de style ancien (même si je détestais quand mon père en jouait).

J’écoute aussi quelques grands noms sur SoundCloud comme Drip et le Blanck Body. Ce sont mes deux producteurs préférés du moment. Ils m’inspirent pour améliorer ma musique à chaque fois que j’écoute leur travail. Les gens voient ma confiance dans ma musique comme étant arrogant, je ne suis pas arrogant, je sais juste que je ne suis pas hypocrite pour avoir le soutien de mes fans. J’ai aussi des insécurités dans ma musique, tout le monde en fait, mais c’est ce qui me donne envie d’essayer encore plus durement pour être meilleur que la plupart des gens.

Si j’étais le « hyper » mec, je serais probablement producteur de future trap,

Certaines personnes ne sauront jamais le sentiment de produire ce que vous voulez, quand vous le voulez. Je fais la musique que je fais non pas pour les gens, mais pour moi-même, les gens peuvent venir à l’aimer et cela me motive beaucoup. Je suis en général une personne stone qui chill, donc ma musique vient comme telle. Si j’étais le « hyper » mec, je serais probablement producteur de future trap, ce n’est tout simplement pas dans mes gènes, je ne peux pas me forcer à faire des choses que je n’écoute pas.

Pmk : Quand tu composes, à quoi tu penses en premier ?

W : Quand je compose, la première chose à laquelle je pense c’est la mélodie ou, dans certains cas, le sample. Si la mélodie ne tic pas dans ma tête, je ne ne la continuerai jamais, j’ai une manière de dire quand quelque chose paraît bien, je ne peux pas l’expliquer, je suis sûr que nous avons tous ces ressentis. J’ai ce grand sourire malin sur mon visage qui s’esquisse à chaque fois que je crée un peu de « chaleur », c’est tout simplement génial.

Pmk : Quels sont tes morceaux préférés ?

W : Cela est difficile, je n’ai pas vraiment une ou plusieurs musiques préférées d’ailleurs lol. Je ne peux pas préférer une chanson, j’aime la musique en général. Mais si vous voulez savoir qui ou ce que je l’écoute tous les jours, tapez The Underachievers, mon groupe favori de tous les temps.

je me suis réveillé un jour et je me suis dit : « regarde mec, tu ne fais pas de la merde, nous allons voir si tu peux réaliser un EP en une journée ».

Pmk : Tu as sorti ton premier EP, quel retour tu peux faire dessus ?

W : Ce fut l’EP le plus fou que j’ai jamais réalisé, j’ai travaillé dessus toute une journée. Je comptais sur la réalisation et la publication d’un EP ce mois-ci, mais je suis paresseux et je ne l’ai jamais fini. Donc, je me suis réveillé un jour et je me suis dit : « regarde mec, tu ne fais pas de la merde, nous allons voir si tu peux réaliser un EP en une journée ».

Pmk : On te retrouve souvent sur des morceaux avec Vassh et Heartmath, quels sont vos rapports ?

W : Vassh est comme mon fils lol, je connais cet enfant depuis qu’il a environ 300 followers. Il était un membre de  BlvckVoodoo et il est actuellement le co-propriétaire de mon label Numerals.

Vassh est comme mon fils lol, je connais cet enfant depuis qu’il a environ 300 followers.

J’ai entendu la musique de Heartmath sur SoundCloud et c’était incroyable, mais il n’avait pas les followers et les fans qu’il mérite pour le soutenir. Je l’ai immédiatement mis dans mon équipe et nous avons connecté à partir de là, on ne peut nier pas nier qu’à chaque fois que nous travaillons ensemble, nous faisons quelque chose de puissant !!!!

Pmk : Tu es le fondateur du collectif « Numerals » quel en est l’objectif ?

W : Notre objectif est de devenir un véritable label respecté et de le faire hors de Soundcloud.

Dernièrement, j’ai reçu beaucoup de CV de personnes qui veulent se joindre à Numerals. Cela me fait plaisir, je sais que je fais quelque chose de bien. Je nie cependant beaucoup de gens parce que pour moi, le talent ne fait pas tout, mais évidemment ça compte aussi. Il y a des producteurs de fou sur Soundcloud avec moins de followers que moi et avec beaucoup plus de talent, si je décide de les mettre tous dans mon équipe alors, nous ne sommes pas mieux que tous ces autres collectifs là-bas avec 3000 producteurs en eux qui ne sont même pas f * ck avec l’autre. Chiffres est une famille, nous gardons notre famille proche et court, oui, nous allons recruter de temps en temps, mais pour le moment nous sommes bons.

Pmk : Il y a beaucoup de collectifs de producteurs qui se montent, tu vois ça comment ?

W : Il y a toujours de nouveaux collectifs qui se forment sur Soundcloud, c’est comme une tendance ou quelque chose dans le genre. C’est un peu qui va le faire en premier. Je pense qu’il y a quelques bons collectifs et il y a quelques mauvais qui utilisent uniquement des producteurs pour la gloire. Il suffit de regarder derrière, c’est tout.

Pmk : Tu es également l’administrateur du groupe sur Soundcloud « Blvckvoodoo » quel en est le but ?

W : BlvckVoodoo était mon vieux collectif sur SoundCloud qui incluait des « gens fous ». Nous avons été assez bien connus, mais nous nous sommes séparés il y a peu. Nous sommes allés dans de différentes directions dans la musique. J’ai fait la page du groupe afin de partager des sons similaires comme les nôtres pour les gens.

Je vais nommer quelques-uns des producteurs qui étaient dans BlvckVoodoowin32GreyscalesoundGenshinVasshVaperrorBubbyCell Saga, Zill GreeneSubvanityHoly FlareAcid Brain LightyearAjgorMacxvii et beaucoup d’autres mais sérieusement j’ai oublié lol. C’était un gros groupe, qui me manque un peu, nous avons adoré faire de la musique.

Pmk : On a la sensation que le fait de partager est important pour toi, non ?

W : Le partage, (en traduction de SoundCloud “Repost for Repost”) c’est prendre soin.

Pmk : Parmi les producteurs qui composent la nouvelle scène, quels sont ceux que tu retiens ?

W : Je vais assumer cette question et je vais nommer quelques producteurs dans le jeu que je respecte. Si vous lisez cet article, s’il vous plaît allez jeter un coup d’oeil aux producteurs suivants, ils sont top. VasshALCHEMKing SolMike XanaxBubbyKareful26 CaratGenshin, tous ceux qui font partie de Numerals, quelques mecs nommés Zill Greene (il change toujours son nom de sorte que vous ne puissiez pas le trouver). C’est tous les artistes lourds, les gars vous aimeriez leur musique.

Pmk : En ce moment, tu bosses sur quoi ?

W : Je travaille actuellement sur mon album, il va être disponible sur de nombreuses plateformes, pas seulement sur SoundCloud. Je ne peux vraiment pas en dire plus à ce sujet, je prends mon temps en ce moment mais il fait certainement partie de mon travail actuel.


Jessica, le 7 Octobre 2015.