Chronique

UJO & “333” EP

UJO & “333” EP


Histoire de commencer à étoffer son pedigree, le jeune producteur Ujo nous lâche son premier Ep intitulé « 333 ».  Un projet aux allures de tournant de vie, tel un voyage en ascenseur émotionnel divisé en cinq parties qui ne pouvait que nous intriguer d’avantage. Qu’en est-t’il alors ?

L’Ep remporte dès la première écoute la sympathie de l’auditeur. Foncièrement cohérente, sa force tient dans une alchimie, entre homogénéité et variété des sonorités. Toujours soigné et mélodieux, entre douceur et rythme plus élevé, on assite à un combo de beats, où chaque titre joue sa partie dans une démonstration unie. C’est un éclectisme rarement aussi bien mis en harmonie avec des atmosphères différentes, qui tour à tour nous mène dans un nouveau ressenti. Ce sont des tons plus slow et vaporeux pour amener à la quiétude et également des tons plus groove électro. Les vibrations sont bien là et le pari est gagné : c’est une vraie expérience auditive. Les tracks sont alors dotées d’une très forte personnalité, trouvent une écoute collective pour mieux nous émerveiller. Chacun apporte une petite touche de symphonies changeantes dans la partition. Ujo joue dans la variété des schémas et fait mouche avec un mécanisme bien huilé. Le producteur nous confiait qu’il a été heureux, triste et mélo de façon assez rapide dans sa période de création. C’est une démarche qu’il a su mettre à profit pour forger la production des morceaux, afin d’être en raccord avec lui-même.

Au final, il marque d’emblée avec un style accrocheur et maîtrisé de part et d’autre avec la particularité ultime de faire partie de ceux qui arrivent en apportant un point de vue original, et cela alors qu’il en est toujours qu’au stade de rookie. C’est un fait assez rare, l’occasion pour y prêter une oreille.


Thomas, le 30 Juin 2016.


à lire aussi